Accueil / Ça n'arrive pas qu'aux autres ! / Des vacances tombés à l’eau!

voyage Des vacances tombés à l’eau!

En février, j’avais réservé un Mobil-home au bord de l’eau pour l’été, la dernière semaine du mois de juin. Le camping a annoncé sa réouverture mais j’ai bien peur de ne pas pouvoir m’y rendre si les mesures concernant les kilomètres de déplacement autorisées perdurent. Un acompte de 100 euros a déjà été versé. Néanmoins l’établissement me réclame le solde restant dû. Puis-je annuler ces vacances?

Léo répond:

L’ordonnance du 24 mars 2020 à propos des conditions d’annulation des voyages pendant cette période exceptionnelle, permet, pour les séjours initialement compris entre le 1er mars et le 15 septembre 2020, d’obtenir un avoir valable durant 18 mois en cas d’annulation. C’est seulement à la fin de la durée de validité de l’avoir, s’il n’a pas été utilisé, que vous serez en droit de demander le remboursement.
Même si le camping est ouvert, vous pouvez adresser une demande d’annulation en vous fondant sur l’ordonnance du 25 mars 2020 et en invoquant la prolongation de l’état d’urgence sanitaire jusqu’au 10 juillet 2020, justifiant les risques qui existeront toujours au mois de juin.
Vous obtiendrez ainsi un avoir correspondant à l’acompte de 100 euros que vous avez déjà versé. En règle générale, lorsque vous annulez un voyage, sans circonstances exceptionnelles, l’acompte n’est pas remboursable et vous êtes également tenu de régler le solde restant de la somme prévue au contrat. Or, dans ces circonstances et conformément à l’ordonnance citée ci-dessus, dans la mesure où le contrat est résolu, le professionnel ne peut pas vous demander de verser le solde restant dû.
En cas de litige persistant, et sans réponse après envoi d’un courrier recommandé de votre part, vous pouvez saisir le médiateur de la consommation auquel ce professionnel a adhéré (vous devriez trouver les coordonnées de ce médiateur dans votre contrat de réservation ou dans les conditions générales du camping).