Accueil / Toute l’actualité / Lutter contre l’obscolescence programmée avec l’indice de réparabilité

Lutter contre l’obscolescence programmée avec l’indice de réparabilité

Depuis le 1er janvier 2021, un nouveau logo a fait son entrée sur le marché sur certains appareils électriques et électroniques comme les smartphones, les ordinateurs portables, les lave-linge, les téléviseurs : l’indice de réparabilité. Issu de la loi anti gaspillage promulguée le 10 février 2020, l’indice de réparabilité a pour objectif d’augmenter le taux de réparation de ces catégories de produits de 40 % aujourd’hui à 60 % d’ici 5 ans. Mais de quoi s’agit-il?

Il s’agit d’une note obligatoire à faire apparaître sur les produits au moment de leur achat. L’indice de réparabilité  repose sur 5 critères principaux :

1) la disponibilité de la documentation : nombre d’années où le producteur s’engage à rendre disponibles gratuitement les documents techniques auprès des réparateurs et des consommateurs.

2) la démontabilité et accès, outils, fixations : score déterminé par la facilité de démontage du produit, le type d’outils nécessaires et les caractéristiques des fixations.

3) la disponibilité des pièces détachées : engagement pris par le producteur sur la durée de disponibilité des pièces détachées et sur le délai de leur livraison.

4) le prix des pièces détachées : score déterminé par le rapport entre le prix de vente des pièces détachées et le prix du produit.

5) le critère spécifique à la catégorie concernée.

La note est attribuée par le fabricant de l’appareil sur chacun des critères en fonction des grilles de notation définies par le ministère en concertation avec l’ensemble des parties prenantes dont les associations nationales de défense des consommateurs agréées. La note finale est une moyenne des critères représentée par une note sur 10.

L’indice de réparabilité est une information importante pour le consommateur. Celle-ci lui donne désormais la possibilité de choisir un produit électrique ou électronique sur la base de sa réparabilité.

Cela suppose la disponibilité des pièces détachées, un délai satisfaisant pour leur mise à disposition du consommateur et un coût de réparation raisonnable. Cela suppose enfin un réseau de réparateurs compétents et facilement identifiables et sur l’ensemble du territoire national.

Si tous ces paramètres sont réunis alors fabricants, distributeurs et consommateurs pourront agir ensemble contre l’obsolescence programmée et permettre un allongement de la vie de ces catégories de produits et une réduction significative des déchets.

La gestion des déchets issue des équipements électriques et électroniques ménagers doit aussi être organisée. Elle doit être assurée par les producteurs. Ceux-ci doivent mettre en place soit un système individuel agrée soit adhérer à un éco-organisme titulaire de l’agrément. L’arrêté publié le 30 décembre dernier a agréé la société Ecologic en tant qu’éco-organisme jusqu’au 31 décembre 2021.

Ecologic a lancé e-reparation.eco un portail d’information grand public pour réduire les déchets des équipements électriques et électroniques. Vous y trouverez des conseils pour diagnostiquer une panne, trouver un réparateur, et si la réparation n’est pas possible une recyclerie.