Accueil / Toute l’actualité / Paracétamol : attention aux risques d’overdose!

Paracétamol : attention aux risques d’overdose!

À cause de risques importants pour le foie, l’Agence Nationale de Sécurité du Médicament (ANSM) demande aux industriels d’apposer un message de prévention sur les boîtes de paracétamol. Dans un communiqué en date du 9 juillet 2019, l’ANSM demande aux laboratoires concernés de faire figurer des messages d’alerte sur les boites des médicaments contenant du paracétamol.

Cette mesure fait suite à la consultation publique lancée par l’ANSM en août 2018 pour sensibiliser les patients et les professionnels de santé au risque de toxicité pour le foie en cas de surdosage. Elle concerne plus de 200 spécialités à base de paracétamol commercialisées en France.

Le paracétamol est le médicament le plus couramment prescrit et utilisé, comme antalgique (anti-douleur) ou antipyrétique (anti-fièvre) chez les adultes et les enfants. Il est présent dans de nombreux médicaments, seul ou associé à d’autres substances actives. Utilisé à bon escient, le paracétamol est un médicament sûr et efficace. En 10 ans sa consommation a augmenté de 53 %.

Cependant en cas de surdosage, le paracétamol peut entraîner des lésions graves du foie irréversibles dans certains cas. En effet, la dose maximale autorisée par jour pour un adulte est de 3 à 4 grammes à prendre, soit un gramme toutes les 6 à 8 heures.
Le terme surdosage s’entend par l’utilisation d’un dosage non adapté, une dose trop importante par prise ou par jour, et un délai minimum entre les prises non respecté.
L’ANSM rappelle les recommandations de bon usage : « La dose la plus faible, le moins longtemps possible » :

• Respecter la dose maximale quotidienne et la durée de traitement recommandée
• Vérifier la présence de paracétamol dans les autres médicaments (utilisés pour douleurs, fièvre, allergies, symptômes du rhume ou état grippal)
• Alerter les populations particulières (-50 kg, insuffisance hépatique légère à modérée, insuffisance rénale sévère, alcoolisme chronique…). Elle est la première cause de greffe hépatique d’origine médicamenteuse en France.
Les professionnels du médicament ont donc 9 mois pour se mettre en conformité et indiquer sur les boîtes le pictogramme suivant :

Pour en savoir plus: ansm.sante